On y entre les pieds mouillés et en sablés... Cette maison là ne fait pas de chichis malgré ses dentelles.  Elle vit en bord de plage, le nez dans les dunes et les herbes folles. On la vexerait à coup sûr à prendre trop de précautions. Il lui faut de la vigueur, du vent, des tempêtes. Ses parquets ont le goût du sel et la patine d'un galet chahuté.  Alors pour suivre les marées, matin et soir entre 7h et 8h, je passe de l'autre coté du chemin prendre mon bain en mer haute. L'eau est froide. L'air aussi. Tant mieux. A l'heure du déjeuner, j'en reprends un petit gorgeon. La mer est partie au bout du monde, je la poursuis au-dela des rochers. Et hop, c'est reparti à compter mes brasses ou à m'allonger sur le dos, couchée dans son eau en souriant au ciel. Oui...quand je serai grande, je serai bonobo. Entre la mer et mon ex, mon pied balance.