Combien de temps passé sans écrire ? Les mots se taisent. Ce n'est pas faute d'avoir des choses à te dire. A commencer par: NON.  Je réserve les confidences au salon de la médecine. La où les les langues se délient. Nous sommes partis sur les plages atlantiques. J'ai retrouvé le goût salé des grandes vacances. Un sentiment de fin d'année scolaire. Il y avait longtemps que je n'avais ressenti cette joie du bord de mer. Ton enthousiasme n'a été que de courte durée. Comme souvent, tu es ravi de partir avec moi. Et une fois arrivé sur place, tu déchantes et tu m'emmènes dans tes tourbillons. Très vite, ton humeur tourne au noir. Rien de grave, juste des jours un peu gâchés comme si quelqu'un s'obstinait à cacher la lumière. A Rome, je n'ai rien vu venir. En juillet, il a suffi d'un mauvais coup de soleil pour baillonner le rire et le désir. On dirait alors que tu collectionnes les motifs de contrariété comme d'autres les coquillages. Une chaîne de vélo a nourri ta mauvaise humeur. Sans bruit, tu t'énerves.  tes colères souterraines atteignent reviennent toujours à la source. Tu restes poli, gentil mais je sais le vent mauvais. Cette histoire finira un jour.