Parfois, je me déteste. Tiens, ce matin par exemple. Hier aussi. Je ne m'aime plus. Le travail menotté, le temps évanoui, le travail inachevé, la fatigue immense... et les pièces de monnaie qui fondent comme neige au Soleil. Ne pas se préoccuper de soi, c'est abandonner les autres. Oublier l'avenir, c'est amputé  ses lendemains en lui livrant la responsablité de mes irresponsabilités. 

Il faut cracher cette haine de moi. L'expulser, l'exhorter à s'exposer au grand jour pour qu'enfin on en finisse avec cette part de moi qui s'abrutit à ignorer les limites. 

Je veux un cadre.